Sonja Delzongle

2024

Sonja Delzongle s’est d’abord consacrée à l’art et au journalisme avant de s’imposer, au fil de ses livres, comme l’étoile noire du polar français. Après Thanatea, un texte aussi puissant que singulier paru chez Fleuve Éditions en 2023, elle se réinvente une fois de plus avec son nouveau roman, Noir comme l’orage.

Après une nuit d’orage, et alors que la saison touristique commence à peine, des corps sont découverts sur l’île d’Oléron et d’autres îles alentour, attachés à des pieux métalliques plantés dans le sable face à l’océan, foudroyés. Sept dépouilles au total. Et des modes opératoires très proches.

Le capitaine Max Fontaine, en poste à la PJ de La Rochelle, va aussitôt être chargé d’investiguer sur ces meurtres. Sa priorité : trouver le lien qui unit chacune des victimes pour espérer remonter jusqu’à leur assassin. Il ne se doute cependant pas de la douloureuse épreuve personnelle qu’il s’apprête à traverser, ni de la solitude, de l’impuissance et de la rage qui vont l’habiter durant cette enquête. Car de nombreux obstacles se dresseront sur sa route avant de pouvoir accéder à la vérité.

Crédit photo : Melania Avanzato

Jours de présence : vendredi après-midi, samedi et dimanche matin

2023

Sonja Delzongle s’est imposée, au fil de ses romans, comme l’étoile noire du polar français. Née d’un père français et d’une mère serbe, elle s’est consacrée de nombreuses années à l’art avant de devenir journaliste en presse écrite à Lyon, puis de se tourner vers l’écriture.

Image 2023 Couverture du livre Thanatea

Thanatea. Un nom qui sonne comme celui d’une femme ou d’une déesse. Un mot plutôt agréable, exotique, à condition de ne pas en connaître la racine grecque, thanatos, la mort. Le plus long des voyages. L’éternité.
Une autre qu’Esther aurait sûrement été refroidie, mais, durant ses années passées à la police judiciaire, elle a côtoyé la mort sous ses aspects les plus sombres, les plus violents. Un quotidien qui l’a usée, au point d’être prête à tout quitter pour rejoindre cette entreprise de pompes funèbres située au coeur du lac Léman. Et même si ce nouvel environnement s’annonce quelque peu macabre, au moins elle n’aura plus à voir les stigmates d’un meurtre sur la chair, les organes, les os. Là-bas, la mort sera un concept, du marketing, elle sera travaillée, pensée, enrobée dans du velours ou du satin. Là-bas, elle espère trouver enfin la paix…

 

Jours de présence : Samedi et dimanche matin  ANNULE SA VENUE

Crédit photo :

  • Fonction/Mandat : Autrice
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×